verband.jpg

EQUALS: Les parents toxicomanes et les conséquences pour leurs enfants (enregistrées dans EQUALS)

Contribution de la recherche EUQUALS
Par Nils Jenkel, Martin Schröder, Nina Kind

Dans le dernier bulletin, nous avons examiné la fréquence de la consommation d'alcool et de drogues chez les jeunes vivant hors famille. Nous nous concentrons maintenant sur leurs parents : 1. à quelle fréquence les dépendances parentales sont-elles en cause ? 2. y a-t-il des indications selon lesquelles celles-ci ont une influence particulièrement grave sur les conditions de croissance des enfants ?

Contexte et méthode

On ne peut qu'estimer le nombre d'enfants et d'adolescents qui sont accablés par la dépendance parentale et d'autres maladies mentales. Les estimations varient habituellement entre 10 % et 20 %. Ils varient en fonction des définitions sous-jacentes - par exemple, s'il existe un diagnostic précis ou si l'un des parents est sous traitement ou non - et de la forme des enquêtes. D'autre part, on s'accorde à penser qu'un nombre considérable de cas non signalés peuvent être supposés et que dans les populations particulièrement vulnérables, qui comprennent également les jeunes qui bénéficient du bien-être des enfants et des jeunes placés, on peut s'attendre à des chiffres encore plus élevés.

Il est également incontesté qu'une dépendance parentale peut avoir des conséquences particulièrement graves pour le développement sain d'un enfant. En règle générale, les besoins de l'enfant passent après ceux des parents, et la participation sociale et la capacité parentale des parents sont souvent réduites. Outre ce risque de négligence à l'égard des enfants, on a documenté à maintes reprises une incidence accrue de violence familiale et un risque accru de violence directe à l'égard des enfants. Dans ce contexte, nous examinons les données d'EQUALS et posons deux questions : 1. dans quelle mesure les toxicomanies sont-elles courantes chez les parents d'enfants placés ? 2) Y a-t-il des différences entre les enfants de parents toxicomanes et les enfants de parents présentant ou non d'autres anomalies psychologiques par rapport aux événements stressants de la vie ?

Pour répondre aux questions, il a été possible d'analyser les données de 771 enfants, adolescents et jeunes adultes, qui contenaient les informations anamnestiques étrangères correspondantes dans EQUALS. Les jeunes avaient entre 3 et 35 ans (15,6 ans moyenne) lorsqu'ils ont été enregistrés dans l'une des 29 institutions différentes en Suisse au cours des huit dernières années.

Résultats

1. au moins une personne sur cinq semble être affectée par une dépendance parentale : Dans 17 % des cas, cette situation a été signalée chez l'un des parents, et dans 5 % des cas chez les deux parents.

Dans 13 % des cas, une autre anomalie psychiatrique a été documentée et seulement dans 23 % des cas, aucune anomalie parentale n'était connue des fournisseurs de soins. Pour les 41 % restants, l'option «inconnu» a été choisie pour la collecte des données - l'intervalle de temps entre l'entrée dans l'institution et le moment de la collecte des données n'ayant aucune influence statistiquement significative sur la fréquence de ce choix.

2. la grande majorité des événements de la vie enregistrés, en particulier ceux qui décrivent des déficiences dans la participation sociale de la famille et un risque de négligence et d'abus pour les enfants, étaient les plus courants chez les parents toxicomanes. L'exception des catégories du harcèlement et de la migration, l'incidence de la toxicomanie a augmenté de façon stupéfiante, passant du groupe n'ayant aucune anomalie parentale à celui ayant d'autres anomalies parentales, puis à celui ayant un trouble de dépendance parentale. Elles culminent lorsque les deux parents sont affectés. L'exemple de la négligence est particulièrement clair : 18% - 35% - 63% - 88%. Ces différences entre les groupes sont statistiquement significatives. Les chiffres complets et visualisés pour toutes les catégories peuvent être trouvés ici.

Observations finales

Nos résultats reproduisent les effets particulièrement graves de la dépendance parentale sur leurs enfants que l'on trouve dans de nombreuses autres études.

En ce qui concerne la prévalence de la dépendance parentale chez les jeunes placés, il convient de noter que cette prévalence a probablement été sous-estimée. Si l'on suppose que parmi les parents dont on ne sait rien (option «inconnu»), il y a encore des personnes affectées, le taux se situe probablement entre 25% et 40%. La forte proportion de 41 % de cas «inconnus», qui est un exemple du grand nombre de cas non signalés d'anomalies parentales à supposer, est un autre résultat clé. Savons-nous vraiment si peu de choses avec autant de personnes ?

Fondamentalement, cette grande proportion pourrait avoir des explications différentes et multiples en même temps. Par exemple, «inconnu» aurait pu être choisi parce que....

  • il y a des parents qui sont en fait complètement inconnus des autorités et des institutions.
  • certains parents ne sont pas disposés à coopérer.
  • les spécialistes et les fournisseurs de soins sont plutôt prudents lorsqu'il s'agit de documenter une dépendance parentale.
  • il peut y avoir une certaine incertitude quant à ce qu'est une «dépendance». 
  • les informations concernant les parents ne sont connues qu'au cours du séjour (les résultats contredisent toutefois cette hypothèse : il n'y a pas de lien significatif entre la durée du séjour à ce jour et la certitude des informations).
  • certaines personnes de référence dans les établissements ne sont pas informées de ces informations anamnestiques centrales.
  • les personnes de référence individuelles n'ont pas pris note des informations existantes.

Notamment en raison de l'immense importance de la dépendance parentale sur les conditions de vie précoces des enfants - qui, dans la pratique, devrait également être prise en compte de manière spécifique par la suite ! - Si ces points devaient s'appliquer, il y aurait un besoin évident d'amélioration, ce qui serait plus urgent dans l'ordre croissant.
 

Visualisation des résultats

 

logo equals