verband.jpg

Qualité des relations grâce à une collaboration parents-école fructueuse

Lorsque l’on a affaire à des enfants au comportement difficile, il est important que le champ social de l’enfant soit compris et impliqué. Avec l’aide d’une direction empathique et en y regardant de plus près, on peut faire naître des relations et influer de manière positive sur le développement des enfants et adolescents.

 

Pour se rendre à l’École de jour Oberglatt, on peut choisir de prendre le S15 depuis la gare centrale de Zurich pour atteindre la commune du même nom, située à cinq stations seulement en direction du nord, puis il reste encore dix minutes de marche jusqu’à l’établissement. Ou alors, on prend son vélo et on roule à travers l’Unterland zurichois, en passant à proximité des champs de colza en fleur et des nids de cigognes. C’est cette dernière option qui semble être la bonne, en cette matinée ensoleillée du mois d’avril. Dans la course, le vent frais aiguise les sens et l’esprit – Qu’allons-nous donc trouver à l’École de jour Oberglatt ?

L’École de jour Oberglatt est située à la périphérie d’un quartier d’habitation central, et jouxte la forêt. Un maximum de 45 enfants et adolescents (EA) de 6 à 20 ans fréquentent l’école de jour spécialisée, au degré primaire ou secondaire. Tous ont des difficultés d’apprentissage et/ou des troubles du comportement, et sont considérés comme particulièrement « difficiles ». La plupart d’entre eux ont un TDAH ou présentent une forme d’autisme, même s’ils ont fréquenté auparavant, pour la plupart d’entre eux, l’école ordinaire.
 

01 tagesschule oberglatt

École de jour Oberglatt, Oberglatt ZH. 

 

Eckart Störmer, le directeur de l’établissement, traverse la cour de récréation pour nous accueillir à l’entrée. Il ajoute immédiatement qu’il vient souvent chercher des familles ici. Nous entrons, passons devant la salle des professeurs et nous retrouvons dans son bureau. Il reprend : « Vous savez, nos élèves ont souvent fait de mauvaises expériences à l’école ordinaire, ce qui a été difficile pour leurs parents aussi. C’est pourquoi nous accordons une grande importance depuis le départ, dans cette école, à un contact positif avec les parents, pour qu’ils deviennent une partie active de l’école. »

Störmer connait parfaitement la dynamique qui s’installe lorsque les thérapies externes ne font plus effet, qu’enseignants et parents ne savent plus que faire, et que le désarroi de tous devient un sujet en soi. Il se consacre à cela depuis des années et publie sur le sujet dans des ouvrages spécialisés*. Lui-même est ici depuis 2001 en tant que pédagogue spécialisé, et depuis 2013 en tant que directeur. Il est convaincu que les changements ne se font que lorsque tous sont dans le même bateau. « Chez nous, les parents doivent être prêts à collaborer. C’est seulement à partir de là que nous pouvons examiner les choses plus attentivement et nous poser ensemble les bonnes questions. Il regarde l’heure et mentionne la répétition musicale en cours. « Nous n’allons pas manquer ça. »

02 schulleiter stoermer

Eckart Störmer, Directeur de l’École de jour Oberglatt.

Répétition d’un groupe

En chemin pour la répétition, nous montons l’escalier, où des instruments pendus au plafond rappellent à l’esprit quelle force peut avoir la musique. Tous les EA entrent en contact avec la musique à l’École de jour Oberglatt, que ce soit par le biais de la thérapie musicale ou de la formation musicale en cours individuels ou collectifs. La musique y est comprise comme un moyen de soutien global, qui ne développe pas seulement les capacités musicales, mais aussi la stabilité émotionnelle, les compétences sociales et la perception de soi.
 

03 musikprobe

Répétition musicale avec des EA à la batterie, au saxophone et au keyboard. 

 

L’école a trouvé en Jhon Hernandez un musicien professionnel et professeur de musique qui sait enseigner un grand nombre d’instruments. Il vient du Venezuela, où l’enseignement de la musique et les répétitions d’orchestre sont au programme de tous les enfants et adolescents.
 

04 musikprobe hernandez

Jhon Hernandez, professeur de musique et instrumentaliste. 

 

Nous entrons dans la salle de répétition. Trois adolescents répètent avec Hernandez le morceau de jazz « Take Five ». Son rythme en 5/4, reconnaissable entre tous, leur coûte quelques efforts. Hernandez interrompt et exhorte que l’on travaille plus intensément sur la tension –donc encore une fois depuis le début : Trois, deux, un !

Nico (le prénom a été changé) à la batterie porte le groupe avec son Beat tout au long du morceau. Cela demande de la confiance en soi, le contrôle de l’impulsion et de l’endurance. À son arrivée à l’école, il avait tout d’abord refusé l’enseignement musical, et son comportement était considéré comme particulièrement difficile. Hernandez raconte comment il l’a tout d’abord intégré de manière ludique, pour le solliciter ensuite de plus en plus, sans pour autant lui en demander trop. On accorde beaucoup d’attention, à l’école, à ce que la joie de faire de la musique reste toujours centrale. Nico joue aujourd’hui de quatre instruments. Certainement un talent hors norme, mais aussi un talent qui confirme la viabilité de son environnement scolaire.

« Nous partons de ce qui peut être changé », poursuit Störmer ici, en expliquant ensuite comment le comportement des EA est lu comme une information. La thérapie musicale constitue dans ce contexte un jalon important. À travers elle, des besoins particuliers peuvent être abordés de manière thérapeutique au niveau émotionnel. / Barbara Pfister est thérapeute musicale à l’École de jour Oberglatt. Elle nous montre sa salle de travail, où toute une série d’instruments les plus divers attirent l’attention.
 

05 musiktherapie pfister

Barbara Pfister, pédagogue musicale. 

Point fort Autisme

Pfister est spécialisée sur les questions d’autisme. Et elle sait que toujours plus d’enfants sont touchés. Elle résume pourquoi on aurait tort de mettre cette tendance sur le compte d’un diagnostic à la mode. Cela a à voir avec notre monde. Ce sont des enfants avec des troubles de l’analyse de la perception. Pfister décrit ses élèves comme hypersensibles et très attentifs socialement, mais ils ne peuvent pas classer ou mettre des mots sur des anomalies. Leur hypersensibilité aux processus intérieurs peut provoquer à l’école une incapacité d’action totale, dans le sens de : Si quelque chose ne va pas, alors plus rien ne va. Et là ils se retirent, parce que cela leur coûte trop d’efforts. « Et pourtant les enfants n’ont pas du tout envie d’être seuls », commente-t-elle pour résumer la contradiction.

À la demande du service de l’enseignement obligatoire, la direction de l’école a déposé en 2019 un concept sur le point fort « Autisme » et s’est spécialisée de plus en plus sur ce thème. La demande est très forte, et Störmer parle de course pour les places, ce qu’il estime être une évolution négative. L’augmentation de la scolarisation spécialisée doit absolument provoquer un changement de la façon de penser dans l’ensemble du monde scolaire. Störmer voit une alternative dans le soutien étroit des parents à l’école.

Impliquer les parents

Les enfants avec des comportements difficiles sont souvent difficiles à intégrer notamment parce qu’ils vivent des situations familiales pesantes. Selon Störmer, on accorde trop peu d’attention à cet état de fait. Il nous explique comment on décide pour l’enfant de mesures et comment on s’accorde pour lui sur des objectifs sans réellement connaître sa situation familiale. La situation émotionnelle et la situation de vie sont cependant souvent déterminantes. Il cite l’exemple d’un élève dont les parents séparés vivaient encore dans un même appartement, et qui était constamment exposé à de violentes disputes. Avec une telle constellation, il n’est pas vraiment surprenant qu’il se fasse remarquer défavorablement à l’école et qu’il cherche à résoudre les conflits par la violence. L’École de jour Oberglatt a créé pour cette raison un service de travail social en interne qui propose, en plus d’un service de conseil éducatif et d’un accompagnement des familles dans une optique scolaire, également un travail multifamilial.
 

06 sozialarbeiter wagner werner

Roger Gyger, thérapeute multifamilial, et Theresa Wagner, assistante sociale.

Travail multifamilial et aide aux familles dans une optique scolaire

Roger Gyger, assistant social scolaire et thérapeute multifamilial, et Theresa Wagner, assistante sociale, présentent leurs tâches à l’École de jour Oberglatt. Nous nous tenons autour d’un tapis rond de couleur rouge, et Gyger dépeint avec beaucoup d’engagement la situation lorsqu’il doit motiver à un échange dans le cadre du travail multifamilial six à huit élèves et leurs familles. Les règles du jeu sont les suivantes : D’une part, la responsabilité des enfants est laissée aux parents pendant le travail, et d’autre part, les familles s’entraident pour rechercher des solutions.

Les coachs sont de simples non-initiés curieux, qui encouragent et soutiennent les familles dans la recherche de solutions et dans l’expérimentation. Si par exemple, un enfant pince spontanément sa mère à la jambe, Gyger interroge les personnes présentes pour savoir si elles connaissent cela aussi. On échange, et les parents sentent qu’ils ne sont pas seuls face à de telles situations classiques. Les professionnels se gardent de donner eux-mêmes des solutions, si bien que tout le monde est réuni dans un climat égalitaire. On peut échanger d’égal à égal, et élaborer des propositions de solution. Cela procure d’une part un énorme soulagement aux parents, et leur permet de retrouver d’autre part un rôle proactif.
 

07 sozialarbeit arbeitsinstrumente

Outils du travail social familial.

 

L’assistante sociale et thérapeute Theresa Wagner rend visite aux familles à domicile. Ceci uniquement si les parents le souhaitent expressément, et de manière régulière. Des accords passé entre elle et la famille ont déjà bien souvent permis d’éviter un signalement auprès de l’APEA. Il est d’autant plus important alors de travailler étroitement avec les parents, d’être très attentif, et d’agir de manière empathique, attentionnée et bienveillante. Il s’agit toujours, pour le bien de l’enfant et dans le travail en commun, d’activer et de renforcer des ressources propres. Wagner constate que les parents acceptent volontiers cette forme de soutien. Il est impressionnant de voir à quelle vitesse étonnante cela conduit à un apaisement de la situation. Toute l’équipe se réjouit que les diverses formes de travail social avec les familles soient soutenues et rendues possibles par la Chaîne du bonheur pour l’année scolaire en cours. 

Champs relationnels soignés dans le détail

De retour avec nous dans son bureau, Störmer résume : « Chez les enfants avec des comportements difficiles, il est important que le champ social soit compris et impliqué. », et il ajoute : « Ceci en mettant en avant le champ social, et je dis cela tout à fait dans le sens d’un terreau fertile de bonne qualité, d’un vivre ensemble harmonieux, et d’une réelle estime de tous autour de l’enfant. ». L’importance des sentiments et leur valorisation dans le domaine scolaire, il les décrit dans son très intéressant article « Empathische Schulführung » (« Direction d’école empathique ») (Störmer, 2019). À notre question sur ce qui l’a motivé à devenir membre d’Integras, il répond sans détour : Les passionnants colloques, sur des thèmes pertinents et intéressants.

Avec le plein de lecture, le retour se fait à vélo à travers les terres et les champs cahoteux. Et à chaque nouveau champ que l’on passe, il semble que la signification d’un champ relationnel s’ouvre à nous sous de nouvelles perspectives.

 

Sources

Störmer, E.: Empathische Schulführung. Die Aufmerksamkeit auf das soziale Feld richten. In: Lernende Schule, Friedrich Verlag 2019.

Störmer, E. u. Werner, C.: Schule und Familie brauchen einander bei herausforderndem Verhalten. In: Schweizerische Zeitschrift für Heilpädagogik. Jg. 26, 5–6 / 2020.

 

Fondation école de jour Oberglatt

École de jour spécialisée pour les enfants et adolescents de 6 à 20 ans (degrés primaire et secondaire) avec des troubles de l’apprentissage et/ou du comportement.

  • Enseignement avec soutien individualisé dans 7 classes à effectifs réduits
  • Point fort : Musique
  • Logopédie, psychothérapie, thérapie musicale
  • Connexion étroite avec des offres thérapeutiques externes
  • Zone desservie : Unterland zurichois et régions avoisinantes

Nous sommes très heureux que les offres de soutien aux familles pour nos élèves, telles que le travail multifamilial, le conseil aux parents et l’accompagnement aux familles dans une optique scolaire, soient soutenues et rendues possible cette année par la Chaîne du bonheur.

Nous répondons volontiers à vos questions concernant :

  • Éducation et thérapie par la musique
  • Direction d’école empathique
  • Conseil aux parents dans une optique scolaire

Fondation école de jour Oberglatt
Alpenstrasse 18
8154 Oberglatt
044 515 94 20

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

tagesschule-oberglatt.ch

Direction de l’école : Eckart Störmer et Barbara Pfister

 

© Integras, Text und Fotos: Barbara Hiltbrunner Bissig, April 2021