verband.jpg

Rétrospective sur la Journée de débat général 2021 – Integras vous propose un retour sur les points forts de la Journée de débat général 2021

jdg dgd 2021

Photo Copyright © Inkythinking.com, Source

 

Dans l’attente que le rapport final sur la Journée de débat général 2021 soit adopté, Integras vous propose un retour sur les points forts de la Journée. 

La Journée de débat général

Le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies organise chaque deux ans une Journée de débat général (JDG ou DGD en anglais) qui a pour objectif d’approfondir la compréhension de la Convention et de ses implications au regard de thèmes spécifiques. De nombreux acteurs participent à ce débat, notamment : la société civile ; les représentants étatiques ; les enfants ; les mécanismes de défense des droits de l’homme des Nations Unies ou encore le secteur privé.

Droits de l’enfant et protection de remplacement

La Journée de débat général 2021, qui a eu lieu le 16 et 17 septembre dernier, portait sur le thème « Droits de l’enfant et protection de remplacement ». Le but principal était d'examiner la situation actuelle en matière de protection de remplacement dans sa complexité, de cerner et de discuter des domaines de préoccupation concernant la séparation des enfants de leur famille et les moyens appropriés de répondre à la séparation des familles et des enfants.  

La Journée a permis une participation significative d’enfants et jeunes ayant fait l’expérience d’un placement extrafamilial ainsi que l’élaboration de « bonnes pratiques » issues de divers pays. Sur la base de ces discussions, des recommandations seront rédigées et adoptées par le Comité sur ce qui constitue une protection de remplacement de qualité pour les enfants et un soutien approprié pour les personnes qui s’en occupent.

Durant deux jours, les cinq groupes de travail ont traité les thèmes suivants :

  • accès à la justice pour les enfants et les jeunes placés
  • comment renforcer les familles et les communautés pour prévenir la séparation
  • comment répondre au mieux aux besoins et aux droits des enfants séparés, non accompagnés ou sans protection
  • fournir des services et une prise en charge de qualité pour les enfants dans un contexte de placement extrafamilial
  • transformer le système vers une prise en charge familiale et communautaire.

En résumant les discussions, le Comité des droits de l’enfant a mis l’accent entre autres sur l’importance d’un soutien et d’une intervention précoce auprès des familles, permettant ainsi de réduire le risque de placement extrafamilial pour nombreux enfants et jeunes. La nécessité d’investir davantage sur la qualité de la formation des professionnels travaillant dans le domaine de la protection de l’enfance a été aussi mis en avant. Par ailleurs, le Comité a souligné à nouveau l’importance centrale du droit d’être entendu dans toutes procédures judiciaires et civiles, ainsi que la nécessité d’assurer aux enfants et aux jeunes l’accès aux services de soutien juridiques, psychologiques et émotionnels tout au long de ces procédures.

Les discussions ont aussi mis en exergue que tout effort visant à définir la qualité de la prise en charge des enfants et jeunes placés doit réellement prendre en compte les points de vue et leurs expériences et conserver la diversité des expériences de placement extrafamilial dans le monde entier. Dans ce sens, le Comité a aussi encouragé toutes initiatives au niveau national favorisant de telles démarches.  

Enfin, le Comité a aussi insisté sur la collecte de données désagrégées. Seules des données qualitatives précises et fiables sur la situation des enfants placés en institution permettraient des réformes de qualité dans le domaine de la protection de l’enfance. 

Vous pouvez réécouter la Journée ici