verband.jpg

La crise du Covid-19 est à la fois une crise éthique et une opportunité

Auteur : Gabriele Rauser, Integras

La plupart d'entre nous vivent une pandémie pour la première fois de leur vie. Aucun·e d'entre nous n'était vraiment préparé·e à cela. Et maintenant, nous ne savons pas vraiment ce qui va se passer ou comment cela va se passer.

La proclamation de la situation extraordinaire par le Conseil fédéral a été une première réaction, associée à des mesures drastiques pour contenir la propagation du virus corona. Le Conseil fédéral prend donc la barre et statue désormais sans parlement. Qu'est-ce que cela a déclenché pour notre démocratie ? Un gouvernement qui n'est pas contrôlé par le Parlement ne correspond pas à nos valeurs. Néanmoins, nous nous sommes prononcés en faveur d'une capacité d'action nécessaire pour le moment. En Suisse, nous avons pu/pouvons compter sur les valeurs stables de notre démocratie directe jusqu'à présent, mais cela n'était/n'est pas une évidence.

Nous avons connu un autre domaine de tensionentre l’économie et la santé. Le confinement a d'énormes implications financières pour notre économie - et pas seulement pour notre génération. Alors qu'auparavant, l'interaction dans la société était impensable sans l'économie parce qu'elle n'était tout simplement pas viable financièrement, tout était désormais subordonné à la santé de la population et au maintien du système médical. Mais comment devrions-nous et voulons-nous façonner cela à l'avenir ?

En temps de nécéssité, nous étions et sommes toujours dépendant·e·s de systèmes sociaux qui, auparavant, étaient peu reconnus dans certains cas – too big to fail, c'est-à-dire pertinents sur le plan systémique, nos banques étaient auparavant considérées comme telles. Cependant, la crise a entraîné et continue à entraîner de nombreux autres sous-systèmes tels que les hôpitaux et leur personnel médical et infirmier, les marchés alimentaires, l'élimination des déchets, les transports publics, la poste, etc. et de nombreuses professions du travail social avec les infirmiers et infirmières gériatriques, les employé·e·s de Spitex, les pédagogues sociaux des services à l'enfance et à la jeunesse et, bien sûr, sans oublier toutes les familles, pour lesquelles je voudrais que ce terme soit interprété de manière très large.

Beaucoup de ces sous-systèmes ont été complètement économisés par la primauté antérieure de l'économie, ce qui a eu des conséquences profondes sur la crise. Nous avons vu des hôpitaux qui n'avaient tout simplement pas assez de ressources pour s'occuper correctement de leurs patients. Nous avons applaudi le personnel et les spécialistes qui ne reçoivent pas de primes et dont les salaires soulèvent des questions par rapport à la performance sociale globale. Cela est particulièrement vrai dans le domaine de l'aide à l'enfance et à la jeunesse. En attendant, ne peut-on pas conclure que ces domaines sont complètement sous-évalués en termes d'économie classique ou au moins poser la question de leur juste valeur ? L'idée de « déréglementer, privatiser, tout laisser à la main invisible du marché et tout ira bien, du moins c'est ce que l'on pensait[1] » nous a déjà fait sérieusement douter avec la crise du système de crédit et des banques en 2007-2008. La promesse de l'économie n'a pas pu être tenue. Quelles sont nos alternatives maintenant ?

« Je ne m'attends pas à une reprise rapide[2] », déclare Reiner Eichenberger, économiste et professeur de théorie de la politique financière et économique à l'université de Fribourg. Il suggère que la Suisse réduise ses impôts pour sortir de la crise économique. En tout cas, nous serons touchés dans le domaine du travail social, car notre secteur n'est possible qu'avec l'argent public. La perte de revenus pour l'économie signifie également moins de recettes fiscales et donc moins d'argent pour tous ces domaines qui font et ne devraient pas faire partie de l'économie pour de bonnes raisons[3].

Cela signifie également que nous devrions commencer à réfléchir dès maintenant à la manière dont nous pouvons maintenir la qualité des services à l'enfance et à la jeunesse et des écoles d’enseignement spécialisé avec probablement moins d'argent.

La crise de Covid-19 implique une crise des valeurs éthiques de notre vie en société - ou n'est-ce pas en fait une crise éthique en soi ? Comment voulons-nous pondérer les différents segments de notre société à l'avenir ? Quelle est l'importance de la protection de l'environnement, de notre prospérité – ou plutôt de notre niveau de prospérité actuel[4] – et aux dépens de qui cela est-il réellement acheté ? Comment voulons-nous tous vivre ensemble dans une société unique ? Comment définir une bonne vie pour que chacun puisse s'épanouir ?

Pour cela, nous avons besoin d'une discussion dans la société sur nos valeurs communes et sur la manière dont nous voulons les pondérer. Un simple « retour à la normale », tel que nous le connaissions auparavant, ne convient pas et n'a guère de sens. Si nous voulons nous préparer à d'autres crises de ce type, nous avons besoin de discussions. Néanmoins, je considère cette crise comme une opportunité de repenser notre domaine du travail social et de lui donner une nouvelle valeur. Nous continuerons à œuvrer pour que les enfants et les jeunes soient considéré·e·s comme un élément important de notre société et bénéficient de bonnes conditions pour grandir, que leurs droits soient respectés et qu'ils et elles puissent se souvenir d’une bonne enfance plus tard.

 

unterschrift rauser gabriele

Gabriele E. Rauser
Integras Secrétaire générale

 

[1] Zygmunt Bauman, Das Vertraute unvertraut machen, Hoffmann und Campe Verlag Hamburg, 2018

[2] Tagesanzeiger, 12.05.2020, Ich erwarte keine schnellere Besserung. Corona-Massnahmen. Der Ökonom Reiner Eichenberger sagt, der Bundesrat drohe Opfer seines Erfolges zu werden. Die Schweiz solle die Steuern senken, um aus der Wirtschaftskrise zu kommen.

[3] Vgl. dazu Michael J. Sandel, Was man für Geld nicht kaufen kann. Die moralischen Grenzen des Marktes. Sonderausgabe für die Süddeutsche Zeitung Edition 2018, München

[4] Vgl. dazu Richard Wilkinson und Kate Pickett, Gleichheit ist Glück. Warum gerechtere Gesellschaften für alle besser sind. Tolkemitt Verlag, Berlin 2009